Pays producteurs -
01·10·2021

Malongo s'engage en Bolivie

Malongo participe à un projet au côté de l'ONUDC et des autorités boliviennes visant à développer les plantations de café pour remplacer les cultures excédentaires de coca.

LA CULTURE DE LA COCA EN BOLIVIE

De nombreuses familles paysannes des Yungas de La Paz cultivent la coca pour subvenir à leurs besoins. Considérée comme un patrimoine culturel en Bolivie, ses feuilles sont consommées en tisane ou mastiquées. Néanmoins, la coca est également un des composants de base pour la conception de la cocaïne. Afin de ne produire que la quantité nécessaire à l’usage traditionnel, le nombre d’hectares alloués à la culture de la coca est limité par la loi. Les parcelles excédentaires sont donc systématiquement éradiquées. Cela impacte fortement la situation économique de ces familles paysannes. Dans ces conditions, le café représente une alternative agricole viable pour les communautés locales.

PROGRAMME EN PARTENARIAT AVEC L’ONUDC

Le programme a permis d´offrir des alternatives à la production de coca dans la municipalité de La Asunta. C’est le cas du café, qui répond à des standards de haute qualité. Ainsi, Malongo, l’ONUDC (Office des Nations unies contre les drogues et le crime) et les autorités boliviennes ont établis une feuille de route pour mener à bien ce projet. Elle se base notamment sur l’appui à la production et la formation, le développement des infrastructures et l’accompagnement vers les certifications biologique et équitable. Et ceci afin de garantir la sécurité alimentaire des communautés locales. Une nouvelle fois, Malongo s’implique aux côtés de l’ONUDC pour offrir une alternative viable et légale aux producteurs. A l’image de notre engagement au Myanmar pour substituer la culture du pavot par celle du café



LE CAFÉ DE LA ASUNTA

Située à l’est du pays, la municipalité de La Asunta regroupe actuellement 428 familles produisant diverses variétés d’arabica : Catuaï, Castillo, Caturra, Typica, Mundo Novo. Les parcelles de café en agroforesterie se situent à une altitude comprise entre 1 000 et 1 900m. Après une floraison des caféiers aux alentours de novembre / décembre, la récolte des cerises se déroule entre les mois de mai et d’août. Par ailleurs, ce projet permet aux producteurs de bénéficier d’équipements nécessaires pour accompagner le process de transformation du café après la récolte et ainsi garantir la production d’un excellent cru Un délicieux café acidulé, marqué par des notes d’agrumes, des notes printanières et
une belle longueur en bouche.
Il accompagnera parfaitement vos desserts au chocolat.