Colloques

Pour que le commerce équitable soit mieux compris du public, Malongo organise régulièrement des conférences et colloques.

Rébellion ou nécessaire évolution ?

C’est donc dans la perspective « d’ouvrir le débat » que Malongo a organisé un premier colloque à Marseille en novembre 2001.

Celui-ci intitulé «Commerce équitable et café : rébellion ou nécessaire évolution», a permis de donner la parole à des membres d'associations humanitaires, des journalistes économiques, de représentants de la grande distribution et de chefs d'entreprises des pays du nord et des pays du sud. Ainsi ont-ils confronté leurs points de vue et proposé des solutions pour que le commerce équitable soit une véritable alternative à la mondialisation.

Les actes du colloque ont été publiés aux Editions l'Harmattan et sont en vente sur notre boutique en ligne.

> Télécharger le compte rendu des débats

Vers un libéralisme responsable ?

Le deuxième colloque « Regards croisés sur le commerce équitable » s’est déroulé à Paris, à l’Amphithéâtre du Jardin des Plantes, en mai 2005. Il a été placé sous le patronage du ministère des PME.

Dans la continuité du colloque précédent, il a permis une réflexion sur le fonctionnement du commerce équitable ainsi que ses implications dans les domaines de l’économie mondiale, de l’environnement et de la philosophie humaine. Penseurs, écrivains, chercheurs en biologie, économistes, responsables politiques y ont participé en contribuant à l’émergence d’un débat de fond.

Les actes du colloque ont été publiés aux Editions l'Harmattan et sont en vente sur notre boutique en ligne.

> Télécharger le détail du colloque - Conférence-débat

Quand un projet éthique rencontre le progrès technologique…

Le commerce équitable n'échappe pas à une préoccupation majeure des consommateurs : la traçabilité des produits pour une garantie de qualité et de transparence.

Le 12 mai 2006, Malongo a présenté le projet technologique de grande ampleur que le torréfacteur développe avec l'Université de Nice Sophia-Antipolis et l'Université d'Etat d'Haïti.

Grâce à la technologie RFID :

  • le consommateur pourra prochainement obtenir des informations clés sur son café, de l'arbre à la tasse, sur son téléphone portable doté d'un lecteur de « tags » (sorte de « mini » code- barre) RFID (standard NFC Near Field Communication)
  • les petits producteurs haïtiens recevront, en télé-enseignement, une formation de pointe sur la culture du café et ses techniques, délivrée en créole, dans les plantations, grâce à des installations satellites et bientôt à partir de réseaux haut débit (type WIMAX, CDMA EVDO ou DVB-H).

> Télécharger le compte rendu

 

« Repenser l’aide au développement : les crises imposent-elles la recherche de nouveaux modèles? L'exemple du commerce équitable ». 13 octobre 2010 - Paris 7ème.

Colloque organisé conjointement par la commission du développement durable et la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale et co-présidé par les deux Présidents, M. Christian Jacob et M. Axel Poniatowski.        

Première table ronde : « De la mondialisation de l’économie de marché à la mondialisation de la démocratie dans les marchés : la recherche de modèles équitables et responsables, l’exemple de la filière agricole  ».

Par la dynamique vertueuse qu’il déclenche tout au long de la chaîne, en responsabilisant tous les acteurs, des producteurs aux consommateurs, en reposant sur des produits de qualité vendus à un prix fixe permettant aux petits producteurs des conditions de vie dignes, en prenant en compte les coûts sociaux et environnementaux dans un monde aux ressources finies, le commerce équitable contribue à la création au niveau mondial d’entreprises sociales, solidaires et soucieuses de l’environnement, en partenariat avec des consommateurs conscients et responsables. Le commerce équitable offre ainsi un nouveau modèle économique fondé sur la solidarité internationale et fait partie des outils innovants d’une intégration économique Nord-Sud plus équitable.  L’exemple du commerce équitable peut-il changer le monde ? L’ambition politique du commerce équitable. Francisco Van Der Hoff, fondateur de Max Havelaar,  et auteur du livre « Le manifeste des pauvres ». Joaquim Munoz Directeur Général de Max Havelaar France

La convergence d’un nouveau modèle économique entre le Nord et le Sud : le rôle que peuvent jouer les entreprises et les consommateurs dans le pays du Nord. Jean Pierre Blanc directeur général des cafés Malongo.

Les solutions viennent d’en bas : la responsabilisation et l’organisation des acteurs autour de leur territoire afin de trouver un modèle économique et social efficace pour tous. M. Xavier Beulin(Vice président de la FNSEA).

Table ronde 2  : « Quelle aide au développement pour des économies équitables et responsables ? »

 L’efficacité et la complémentarité de l’aide au développement : Quel équilibre entre bilatéralisme et multilatéralisme ? Où vaut-il mieux mettre l’argent ? Dans quelle proportion ? Avec quelle gouvernance ?

Jean Paul Bacquet, Nicole Ameline, membres de la commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale

 L’aide bilatérale : quels appuis à des acteurs et filières solidaires, responsables, équitables ? Comment favoriser les changements de modèle économique et d’échelle ? Instruments financiers, accompagnement des politiques publiques et des entreprises et acteurs.

Jean-Yves Grosclaude, directeur technique des opérations.

L’aide multilatérale : quelles régulations, quelles normes internationales pour des échanges moins inégaux ?

Normes de qualité au niveau international, bonnes pratiques des IDE.

Dans quels espaces de dialogue l’impulsion politique est-elle donnée sur ces questions ? G 20, instances de gouvernance des  Organisations des Nations-Unies, autres ? Christian MASSET, directeur général, Direction Générale de la Mondialisation, MAEE

Thème introduit par un bref film sur l’action de Francisco Van der Hoff, la distribution préalable aux députés de son livre « le Manifeste des pauvres » ainsi qu'un mot d’introduction de Axel Poniatowski.

Conclusions par Dov Zerah directeur Général de l’AFD et Christian Jacob.