Les petits producteurs d’Uciri Mexique

Projet de replantations d’envergures engagées sur deux ans. Fondatrice du mouvement équitable et partenaire historique de Malongo, la coopérative mexicaine de producteurs UCIRI fait aujourd’hui face à une grave situation : Une épidémie de rouille du caféier a engendré une perte de revenus de 70 à 100 %, tandis qu’une sécheresse, en détruisant les plantations de maïs et de haricots, plongeait la zone dans une crise alimentaire. Malongo mène une vaste opération de sensibilisation et de soutien.

UCIRI

SITUATION CRITIQUE

Les 52 communautés d’UCIRI (1895 petits producteurs) produisaient annuellement 900 tonnes d’excellent café. La crise alimentaire et la perte des récoltes due à la rouille ont plongé la population dans la faim et la misère. En replantant dans les parcelles 4 000 000 plants résistants à la maladie sur deux ans, ainsi que des plants d’arabica greffés en pépinière sur des pieds de robusta (plus vigoureux et résistants), UCIRI pourrait retrouver des niveaux de production convenables d’ici 4 à 5 ans.

HISTOIRE

Depuis 2012, une vaste épidémie de rouille orangée (champignon Hemileia vastatrix) sévit sur les caféiers d’Amérique centrale, ayant provoqué de sérieux dommages sur la récolte 2013/2014, entraînant une chute de la production de l’ordre de 50 % en moyenne. L’épidémie s’est amplifiée en 2014/2015 avec des chutes de -80 % dans certaines zones. Les pertes économiques totales liées à ce fléau se chiffreront probablement en centaines de millions de dollars, avec des implications sociales d’une extrême importance pour le monde agricole. Une véritable crise sociale guette et l’état d’urgence a été déclaré au Honduras, au Costa Rica, au Guatemala et au Mexique.

SPÉCIFICITÉS DE L’ÉPIDÉMIE ACTUELLE

Les fortes chaleurs et la faible pluviométrie enregistrées cette année en Amérique centrale et aux Caraïbes ont contribué à l’accroissement de l’épidémie. Une évolution du champignon est aussi en cause : certaines souches sont devenues plus agressives, ou adaptées à des conditions climatiques plus extrêmes. Réputées peu favorables au développement de la maladie en raison de leurs températures fraîches, les zones d’altitude ont aussi été touchées dès 2012.

PROJET DE LUTTE : UN VASTE PLAN DE RÉNOVATION DES PARCELLES

Des mesures urgentes doivent être prises pour contrôler la rouille, la principale étant de semer en pépinières de jeunes et vigoureux plants. Avec l’université de Chapingo, des variétés de grande qualité et résistantes à la rouille ont été développées et seront diffusées auprès des producteurs d’UCIRI. 40 techniciens d’UCIRI se sont rendus dans un état voisin, Veracruz, au centre de formation CICADES mis en place avec le partenariat de Malongo. Ils y ont appris la technique du greffage des plants d’arabica sur des pieds de robusta qui donnent des plans vigoureux, productifs et d’excellente qualité, avec pour charge de la transmettre à l’ensemble des membres de leur coopérative. Un accompagnement à long terme sera également effectué dans le cadre d’une assistance technique aux différentes étapes du développement des caféiers et de la mise en place des parcelles.

FINANCEMENT

La Fondation Malongo a décidé de s’associer à ce plan de rénovation, en participant à la mise en place de mesures d’urgence. Un projet d’appui à court et moyen terme pour faciliter les replantations et la production de plantules les années suivantes est d’ores et déjà en place sur les deux années à venir. Les plants seront replantés dans les parcelles, entre les mois d’octobre et janvier.

 

REJOIGNEZ CE PROJET AMBITIEUX ET SOLIDAIRE EN CONSOMMANT LES PRODUITS MALONGO COMMERCE ÉQUITABLE LABELLISÉS MAX HAVELAR